Le chauffage électrique et l’environnement

  • Le chauffage électrique n’est pas polluant
  • L’hydroélectricité est une source d’énergie renouvelable
  • La production d'énergie hydroélectrique est la plus avantageuse sur tous les plans

Le chauffage électrique utilisé dans les maisons et endroits publics a une longueur d’avance sur les autres types de chauffage : il ne pollue pas. L’énergie requise pour produire de la chaleur avec l’électricité ne pollue pas l’air ambiant de la pièce chauffée. Le résultat : un environnement intérieur plus sain, surtout lorsqu’on considère les longues périodes de chauffage auxquelles certains résidants des régions plus au Nord s’exposent.

Environnement Canada est d’avis que l’hydroélectricité, qui représente 60% de toute l’électricité produite au pays, est une méthode de production d’électricité renouvelable et à faibles émissions. Le peu de gaz à effet de serre produit par les centrales provient de la décomposition de certains végétaux se trouvant sous les zones inondées lors des constructions de centrales.

L’énergie éolienne contribue également à diminuer les émissions de gaz à effet de serre. Certes, la production et l’installation des éoliennes, elles, dégagent de telles émissions. Cependant, ces dernières deviennent nulles une fois les appareils mis en fonction. On prévoit que la production d’énergie éolienne devrait passer à tout près de 11% en 2020.

L’électricité produite dans les centrales au charbon, à l’huile ou au gaz naturel représente 25% de la production nationale. Les centrales au gaz naturel (environ 8% de la production du pays) laissent peu d’empreintes dans l’environnement. Quant aux centrales au charbon et au mazout, ces dernières reconnaissent désormais l’importance d’utiliser des méthodes écoresponsables et tentent de laisser des traces à peu près égales à celles du gaz. Toutefois, le chemin à parcourir avant d’y arriver est encore long.

Les centrales nucléaires représentent 12% de la production totale. Si elles émettent des rejets liquides, gazeux et radioactifs contrôlés et autorisés, les quantités de CO2 qu’elles laissent échapper demeurent nettement inférieures à celles que produisent les centrales à énergie fossile.

Même si au Canada, la production d’électricité est responsable de 12% des gaz à effet de serre produits au pays, le Québec, grâce à sa généreuse ressource hydrique, s’en tire admirablement bien avec un faible taux de 0,4%. Le bilan net des gaz à effets de serre d’Hydro-Québec est des plus avantageux sur le plan environnemental.

ET L’ÉNERGIE SOLAIRE DANS TOUT ÇA ?

Nous sommes encore loin de l’implantation à grande échelle des systèmes solaires pour produire de l’électricité. À l’heure actuelle, la recherche s’affaire à trouver des solutions pour augmenter le rendement des appareils existants et futurs, en plus de rendre plus abordable leurs coûts de production. Les panneaux solaires actuels nécessitent une forte exposition aux rayons UV pour être efficaces, rendant ainsi presque inutiles, pour le moment, les installations en régions pluvieuses ou nuageuses et où la durée du jour varie plus qu’ailleurs.

En attendant, on peut toujours compter sur l’énergie solaire passive. Une maison orientée plein sud présentant une fenestration et une isolation appropriées permet d’économiser beaucoup sur les frais de consommation d’électricité, en plus de réduire l’utilisation (et la consommation électrique) des appareils de chauffage.

LA BONNE ÉTOILE DE L’ÉLECTRICITÉ

En 2015, l’ONU nous apprenait que 80% des citoyens se disent préoccupés par les changements climatiques. Durant cette même période, lors d’une réunion au sommet, les représentants des sept pays les plus industrialisés laissaient entrevoir la possibilité de mettre fin à l’ère fossile, polluante et en partie responsable des effets de serre. L’histoire reste à suivre, mais l’hydroélectricité, les éoliennes ainsi que d’autres sources d’énergie non polluantes seront assurément appelées à prendre la relève.

La production d’électricité sans sources fossiles devient un choix incontournable pour animer la vie des citoyens de la planète. Pas de stockage, pas de pollution et une énergie efficiente au bout des doigts. Quoi demander de plus ?

En lien avec cet article